Un test existe pour contrôler son exposition au fipronil

Le scandale agroalimentaire et sanitaire autour du fipronil prend quotidiennement de l’ampleur. L’utilisation de cet insecticide interdit d’utilisation en agriculture montre à quel point ces substances potentiellement dangereuses sont omniprésentes dans notre quotidien. Sommes-nous exposés au fipronil ? Quel est notre niveau d’exposition au fipronil ?

Pour répondre à ces questions, Kudzu Science a développé un test permettant de vérifier si une personne est exposée aux pesticides dont le fipronil.Le fipronil (CAS 120068-37-3) est un insecticide dont l’utilisation est autorisée uniquement pour le traitement des animaux domestiques contre les parasites comme les puces et les tiques. Ce produit phytosanitaire est interdit d’utilisation en agriculture depuis 2004 mais les événements récents montrent qu’il a été ajouté frauduleusement et intentionnellement dans des produits destinés à traiter les poulaillers industriels contre les parasites comme les poux rouges.

Quelle est la toxicité du fipronil ?

Ce produit phytopharmaceutique est considéré comme peu toxique par l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) et que « la consommation normale des ovo-produits contaminés par le fipronil ne présente pas de risque pour la santé ». En effet, les doses journalières pour les adultes ne sont pas dépassées. Par contre, il est recommandé de limiter la consommation pour les enfants.

Le problème c’est que le fipronil est suspecté d’être une substance avec des effets de perturbateur endocrinien (www.endocrinedisruption.org), c’est-à-dire qu’il est capable de modifier la nature et l’intensité des messages chimiques continuellement diffusés par l’organisme pour fonctionner correctement. Ces dysfonctionnements ne sont pas sans effets sur la santé puisque les perturbateurs hormonaux peuvent jouer un rôle dans la survenue des cancers hormono-dépendants (ovaires, testicules, sein, thyroïde …), dans la diminution des capacités reproductives (baisse de la fertilité et viabilité des foetus), dans les malformations congénitales (hypospadias …), et dans des pathologies comme l’obésité et le diabète.

Les hormones naturelles sont des molécules chimiques présentes en très faibles concentrations dans l’organisme mais elles présentent une réactivité très importante à faible dose. C’est pour cette raison que les perturbateurs endocriniens présentent une activité sur l’organisme dès les faibles, voire les très faibles doses.

Comment tester son exposition au fipronil ?

L’exposition au fipronil peut se produire soit au niveau de l’alimentation par l’ingestion d’aliments contaminés par cet insecticide, comme c’est le cas des œufs et ovo-produits contenant des traces de fipronil, soit au niveau de l’air par inhalation de particules fines contaminées, soit au niveau de la peau par contact cutané avec un animal traité contre les puces et les tiques.

Une fois l’organisme exposé, le fipronil passe dans la circulation sanguine et est métabolisé, c’est-à-dire transformé en métabolite par l’organisme, pour être éliminé dans l’urine. Il peut ainsi être recherché dans le sang ou l’urine. Cependant, ces matrices biologiques (sang et urine) ne sont pas pratiques à employer. Par ailleurs, elles permettent d’évaluer une exposition aiguë, c’est-à-dire récente et généralement à forte dose : quelques heures après l’exposition pour le sang à quelques jours pour l’urine. Enfin, les risques infectieux liés à la manipulation d’échantillons biologiques existent.

Seule une analyse de cheveux permet d’évaluer son niveau d’exposition moyen au fipronil. En effet, l’analyse de cheveux permet dévaluer une exposition chronique, c’est-à-dire à de faibles doses et de façon répétée ou continue. De plus, les cheveux sont faciles à prélever, ne présentent pas de risques sanitaires et sont économiques à transporter. Chaque centimètre de cheveux renseigne sur une période d’exposition de 30 jours ainsi, l’analyse de 3 centimètres de cheveux permet d’évaluer l’exposition d’une personne sur une période de 3 mois.

La recherche de fipronil dans les cheveux

A partir d’une mèche de cheveux, il est possible d’analyser un grand nombre de substances chimiques: pesticides (insecticides, fongicides, herbicides), plastifiants (phtalates et bisphénols), retardateurs de flammes, métaux lourds … et d’évaluer son exposition à ces polluants de notre environnement quotidien.

Kudzu Science est la référence des analyses de cheveux pour les particuliers et les professionnels (agriculture, industrie chimique). Pour les kits d’analyses de cheveux destinés aux particuliers, les recherches portent sur une liste de pesticides d’utilisation domestique courante incluant des molécules comme le fipronil, le chlorpyrifos et la perméthrine et des substances classées comme Polluants Organiques Persistants (POP) par la convention de Stockholm.

Votre échantillon de cheveux est réceptionné au laboratoire, découpé de manière à isoler les 3 premiers centimètres à partir de la racine afin de réaliser une évaluation de l’exposition sur les 3 derniers mois. Les cheveux sont ensuite broyés pour obtenir une fine poudre et mélangés à un solvant organique pour extraire les substances chimiques contenues dans la structure interne des cheveux. Après extraction, le solvant organique est analysé par chromatographie couplée à la spectrométrie de masse.

L’étude réalisée par le magazine 60 Millions de consommateurs (N°526 – Mai 2017) et portant sur l’analyse de cheveux de 43 enfants de 10 à 15 ans montre que d’une part des résidus de fipronil ont été mesurés dans 1 échantillon sur 2 et d’autre part que 1 échantillon sur 3 contenait du fipronil-sulfone, le principal métabolite du fipronil. Ces résultats indiquent une exposition générale de la population à cet insecticide potentiellement dangereux pour la santé. En raison de la crise sanitaire récente, il est recommandé de vérifier son exposition à ce pesticide et une analyse de cheveux est le moyen le plus rapide et le plus économique de savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *