Atrazine: Un herbicide encore trop présent dans l’eau de consommation

Plus de 60 000 tonnes de pesticides sont employés chaque année en France dont environ 90% par l’agriculture. Cette utilisation de produits phytosanitaires entraîne une contamination de notre environnement et de nos ressources en eau par des herbicides, des insecticides et des fongicides.

L’atrazine est un herbicide aujourd’hui interdit mais que l’on retrouve régulièrement dans l’eau de consommation distribuée au robinet. Le point sur ce pesticide persistant.

L’atrazine (CAS 1912-24-9) est un herbicide de la famille des triazines dont l’utilisation a commencé dans les années 1960. L’utilisation de ce pesticide est interdite depuis 2003 dans l’Union Européenne et depuis 2012 en Suisse. Cependant, il continue à être utilisé dans certains pays comme les Etats-Unis (40 000 tonnes/an).

L’atrazine dans l’environnement

Une fois épandu, l’atrazine se dégrade dans l’environnement et présente une durée de demi-vie dans les sols de l’ordre de 44 jours. Cela signifie que la moitié de la quantité initiale d’atrazine est encore présente après 44 jours. L’atrazine se dégrade en perdant les groupements éthyl (C2H5-) et isopropyl (C3H7-) en formant principalement l’atrazine-déséthyl (CAS 6190-65-4), l’atrazine-désisopropyl (CAS 1007-28-9) et l’atrazine-déséthyl-désisopropyl (CAS 3397-62-4).

Les normes de qualité de l’eau de consommation distribuée au robinet

Les normes de qualité de l’eau définies par l’Union Européenne et applicables en France sont de 0,1 µg/L par pesticide et de 0,5 µg/L pour la somme des pesticides. Appliqué à l’atrazine, cela signifie que la somme des concentrations de l’atrazine et de ses produits de dégradation (atrazine-déséthyl, atrazine-désisopropyl et atrazine-déséthyl-désisopropyl) ne doit pas dépasser le seuil de 0,1 µg/L.

Lorsque ces seuils sont dépassés, cela conduit à des situations de non-conformité:

> NC0: La concentration individuelle dépasse 0,1 µg/L pendant une durée inférieure à 30 jours consécutifs et reste inférieure à la valeur sanitaire maximum (Vmax)

> NC1: La concentration individuelle dépasse 0,1 µg/L pendant une durée supérieure 30 jours consécutifs et reste inférieure à la valeur sanitaire maximum (Vmax)

> NC2: La concentration individuelle dépasse la valeur sanitaire maximum (Vmax)

Pour l’atrazine et ses produits de dégradation, la Vmax est fixée à 60 µg/L.

Dans d’autres pays, les concentrations admissibles d’atrazine et de ses métabolites dans l’eau de consommation sont plus élevés: 5 µg/L au Canada, 3 µg/L aux Etats-Unis et 2 µg/L pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

La situation en France 

En 2014, selon le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, le nombre de non-conformités pour le paramètre pesticide :

> De type NC0 concernait 2,26 millions d’habitants soit 3,5% de la population française

> De type NC1 concernait 1,6 millions d’habitants soit 2,5% de la population française

> De type NC2 concernait 3000 habitants soit 0,005% de la population

L’atrazine est-elle responsable des non-conformités observées ?

L’atrazine et ses produits de dégradation sont responsable de la plupart des dépassements des normes de qualité des eaux. Ainsi, l’atrazine-déséthyl et l’atrazine-déséthyl-désisopropyl sont respectivement responsables de 43,12% et 30,34% des situations de dépassements conduisant à des non-conformités de type NC1 et NC2. L’atrazine et l’atrazine-désisopropyl ne sont responsables que de 2,95% et 0,98% des non-conformités de type NC1 et NC2. Ces résultats font de l’atrazine, le pesticide le plus présent dans les eaux de consommation en France.

Quels sont les risques sanitaires d’une exposition à l’atrazine ?

Avec une dose journalière admissible de 0,5 µg/kg de masse corporelle/jour, l’atrazine n’est pas considérée comme une molécule très toxique.  La consommation d’une eau faiblement contaminée par l’atrazine ne présente donc pas de risque d’intoxication aiguë. Cependant, l’atrazine est considérée comme une substance neurotoxique et suspectée d’une part d’avoir des effets sur le développement et la reproduction, et d’autre part d’être un perturbateur endocrinien.

Pour ces raisons, pour les femmes enceintes, les nourrissons et les enfants, il est recommandé d’éviter de consommer une eau contaminée par l’atrazine.

Comment savoir si l’eau que je bois est contaminée par des pesticides ?

Seule une analyse de l’eau en laboratoire permet d’identifier et de quantifier les pesticides présents dans l’eau de consommation. Les kits d’analyse de l’eau de Kudzu Science intègrent la recherche de l’atrazine et de ses produits de dégradation ainsi que d’autre herbicides comme la simazine, le diuron et la terbutylazine.