Ces pesticides qui polluent nos maisons

En 2015, l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI) publiait les premiers résultats d’une étude concernant la pollution des logements Français par les Composés Organiques Semi-Volatils comme les pesticides, les produits ménagers, les retardateurs de flamme et les plastifiants. Vous vous inquiétez de la présence de substances toxiques dans votre habitation et d’une exposition quotidienne de votre famille. Qu’en est-il de votre logement?

L’OQAI est un organisme public, dont l’une des missions est d’obtenir des données sur la pollution de l’air et de l’environnement intérieur des bâtiments en France. Les travaux réalisés par l’OQAI concernaient 14 pesticides (insecticides, herbicides et fongicides) avec notamment la recherche de polluants organiques persistants (POP) de la liste de la convention de Stockholm (Lindane ou gamma-HCH, 4,4′-DDE, Dieldrine, Endosulfan, Aldrine et Endrine), de pyréthrinoïdes (Perméthrine, Deltaméthrine, Cyfluthrine, Cypermethrine), d’organophosphorés (Chlorpyrifos, Diazinon) et d’organochlorés (Oxadiazon, Chlorpyrifos).

Les résultats obtenus sont préoccupants puisque, sans exception, les 145 logements étudiés étaient contaminé par au moins un pesticide (La perméthrine). Cet insecticide de la famille des pyrèthrinoïdes est fréquemment utilisée pour des applications domestiques (moustique, acarien …). Les autres pesticides préoccupants et présents dans au moins un logement sur deux sont: le lindane (gamma-HCH, insecticide), le 4,4-DDE (produit de dégradation du 4,4′-DDT, insecticide), le chlorpyrifos (insecticide organophosphoré et organochloré), le deltaméthrine (insecticide, pyrèthrinoïde), la dieldrine (insecticide organochloré), l’oxadiazon (herbicide, organochloré), la cyfluthrine (insecticide, pyréthrinoïde) et la cypermethrine (insecticide, pyréthrinoïde).

Ce constat est inquiétant car ces substances sont quasiment toutes considérées comme des perturbateurs endocriniens potentiels ayant un effet sur la santé (hormones) dès les très faibles doses, plus particulièrement chez les femmes enceintes, les nourrissons et les enfants.

En 2016, l’association Générations Futures organisait une campagne de mesure dans des logements riverains d’exploitations agricoles utilisant des produits phytosanitaires (EXPPERT 6). L’association a envoyé des kits d’analyse de pesticides dans la poussière de Kudzu Science, à des volontaires, pour la collecte des échantillons de poussière et demandé la recherche de 61 pesticides d’usage courant pour la culture des céréales, des vignes et des vergers.

Les résultats de cette enquête confirment ceux obtenus lors de la campagne de l’OQAI. En effet 8 pesticides (perméthrine, chlorpyrifos, deltaméthrine, oxadiazon, cyfluthrine, cypermethrine, endoslfan et diazinon) étaient commun entre les deux études et pour 5 pesticides, les fréquence de détection  (proportion d’échantillons positifs par rapport au nombre total d’échantillons) sont très proches entre les deux études. Ces résultats soulignent la fiabilité des dispositifs de prélèvement et des méthodes d’analyse utilisées par Kudzu Science pour la mesure des pesticides dans l’environnement intérieur des logements.

Les principaux résultats de l’enquête EXPPERT6 montrent les éléments suivants:

> entre 8 et 30 pesticides ont été détectés dans chaque échantillon de poussière (19,9 pesticides/échantillon en moyenne),

> la poussière dans un logement sur 2 contient plus de 18 pesticides et une concentration supérieure à 4,5 µg/g (microgramme de pesticides par gramme de poussière, µg/g = ppm = partie par million, 1 g = 1 000 000 µg),

> 3 pesticides sont présents dans tous les échantillons, un insecticide  (perméthrine) et deux fongicides (dimetomorph et tébuconazole).

> 4 pesticides sont présents dans au moins 9 échantillons sur 10, deux fongicides (spiroxamine et azoxystrobine) et deux herbicides (diflufenican et diuron).

Les résultats de l’étude EXPPERT6 montrent également des profils de contamination différents entre les types de culture:

> 1 logement sur 2 voisin de culture de céréale contient au moins 15 pesticides, contre 25 pour la culture des vergers et 26 pour la culture des vignes

> 1 logement sur 2 voisin de cultures de vergers contient au moins 8,2 µg/g de pesticides contre 4,2 pour les cultures de vignes et 1,1 pour les cultures de céréales.

Parmi les types de culture étudié, c’est la culture des céréales qui contribue le moins à la pollution de l’air et de l’environnement intérieur par les pesticides, à la fois en nombre de substances différentes et en concentrations.

Vous vivez à proximité d’exploitations agricoles utilisant des pesticides? Vous être riverain d’une zone de traitement par des produits phytosanitaires?

Le kits d’analyse mis au point par Kudzu Science vous permettent d’évaluer en toute simplicité la contamination de votre logement par les pesticides et d’autres polluants comme les résidus de combustion (HAP, hydrocarbures aromatiques polycycliques) et les retardateurs de flamme (PCB, poly-chloro-biphényl). Kudzu Science propose la plus large gamme de test à réaliser pour connaître la qualité de son environnement quotidien.