Plantes, parfums d’intérieur et huiles essentielles: Quel impact sur la qualité de l’air intérieur?

De nombreux articles de presse conseillent des plantes spécifiques pour améliorer la qualité de l’air intérieur des logements et des bureaux. D’autres présentent les vertus des parfums d’intérieur et des huiles essentielles pour assainir l’air intérieur. Qu’en est-il réellement de l’efficacité de ces méthodes? Kudzu Science fait le point et vous aide dans votre recherche de solutions pour un air intérieur sain au quotidien.

Chaque semaine, des articles sont publiés sur le thème des plantes permettant d’améliorer la qualité de l’air intérieur qui, rappelons-le est 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur.  Cette pollution induit des effets sanitaires sur les occupants. Grâce aux travaux de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI), la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments est devenue un véritable enjeu de santé publique.

> Les plantes d’intérieur et les composés organiques volatils

Les composés organiques volatils (COV) sont des polluants de l’air intérieur très fréquents et bien connus. Ils proviennent de différentes sources comme le mobilier, les matériaux de construction, rénovation et décoration (peinture, vernis …), les produits ménagers, les cosmétiques …

Ces polluants sont des gaz chimiques et le pouvoir filtrant des plantes a été étudié, d’abord par la NASA dès 1974 dans le cadre de recherches sur les vols spatiaux de longue durée et durant lesquels il est très important de préserver la qualité de l’air. Le programme de recherche PHYTAIR a été élaboré en France par l’Université de Lille et l’Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique (APPA). Ces recherches ont pour objectif d’étudier les capacité d’épuration de l’air intérieur par les plantes dans des conditions de laboratoire.

« Dans l’état actuel des connaissances, l’efficacité des plantes pour dépolluer l’air intérieur dans des conditions réelles n’a pas été démontrée« .

> Les huiles essentielles, les parfums et la qualité de l’air intérieur

Les huiles essentielles et les parfums contiennent  un grand nombre et des grandes quantités de COV. La pulvérisation d’un spray ou la diffusion par un brûle-parfum de ces produits provoque une augmentation très importante de la quantité de COV dans l’air intérieur. La qualité de l’air intérieur se dégrade rapidement et de façon durable, et peut provoquer des réactions allergiques et des problèmes respiratoires chez les personnes les plus sensibles, notamment les personnes atteintes de pathologies respiratoires (asthme, BPCO …). Rappelons également que les huiles essentielles ne sont pas recommandées pour les femmes enceintes, les nourrissons, les bébés et les jeunes enfants.

Il n’est pas question de mettre en doute les propriétés thérapeutiques des huiles essentielles même si « du point de vue de la qualité de l’air intérieur, l’utilisation d’huiles essentielles n’est pas conseillée« .

Tout comme les huiles essentielles, les parfums d’intérieur contiennent une grande proportion de COV. Ainsi, la diffusion de parfums d’intérieur produit une pollution de l’air intérieur et une dégradation importante de sa qualité.

Par ailleurs, à la différence des huiles essentielles, les molécules utilisées dans les parfums d’intérieur sont généralement des produits synthétiques fabriqués par l’industrie.

En conséquence, l’utilisation de parfums d’intérieur n’est pas recommandée, notamment en présence de personnes sensibles à la pollution de l’air intérieur (asthme, allergies respiratoires, BPCO …).

> COV, asthme et allergies

Les COV sont généralement irritants pour les voies respiratoires. Plusieurs études scientifiques ont démontré un lien entre la concentration de COV et l’augmentation de l’asthme et des allergies respiratoires. Ainsi, selon l’étude de Casset et al. (2006), la présence de faibles doses de formaldéhyde provoque une sensibilisation des patients atteints d’asthme ayant pour origine les allergènes d’acarien.

Les COV sont aujourd’hui considérés comme un facteur déclenchant et aggravant les pathologies respiratoires et la qualité de l’air intérieur. Mesurer la présence de ces molécules toxiques est essentiel pour prévenir les risques sanitaires. Les kits d’analyse de l’air intérieur de Kudzu Science permettent de déterminer avec précision la pollution de l’air intérieur par les composés organiques volatils et de savoir si les niveaux de pollution présentent un risque pour la santé.