Kudzu Science dans Envoyé Spécial de France 2


La pomme est un fruit très consommé en France et qui, dans l’agriculture conventionnelle, subit de nombreux traitements phytosanitaires avant d’arriver dans l’assiette du consommateur. L’émission Envoyé Spécial de France 2 a diffusé le 12 Mars dernier un reportage consacré à ce fruit et intitulé « Peut-on encore manger des pommes en toute sécurité ? ».

Selon un rapport du Sénat (1), en 2006, la culture des fruits représentait 0,8% de la SAU (Surface Agricole Utile) et consommait 5,2% des 100 000 tonnes de pesticides. Par ailleurs selon le ministère de l’Agriculture (2), en 2012, l’IFT (Indice de Fréquence Traitement) était de 35,1 pour les pommes de table, c’est-à-dire que chaque pommier était en moyenne traité 35 fois dans l’année !

Ces informations confirment les résultats présentés également le 12 Mars 2015 dans le rapport de l’EFSA (European Food Safety Authority) sur les analyses de pesticides dans les aliments en 2013 pour l’ensemble de l’Union Européenne. Pour chaque type d’aliment et chaque pesticide, la Commission Européenne a défini une LMR (Limite Maximum de Résidu) correspondant à la concentration maximale en pesticide autorisée pour la commercialisation des aliments. Dans ce rapport, au niveau européen 1610 échantillons ont été analysés et 1% des pommes commercialisées présente au moins 1 pesticide dont la concentration dépasse la LMR, arrivant en 5ème position des aliments qui dépassent le plus souvent les LMR. De plus, également au niveau européen, 67% des échantillons présentaient au moins 1 résidu de pesticide et 46% des échantillons de pommes analysés avaient de multiples résidus de pesticides. Qu’en est-il de la France où a été tourné le reportage diffusé ?

La France n’est sans doute pas le meilleur élève car 1,5% des 570 échantillons analysés (tous aliments confondus) 53,7% contenaient au moins un résidu de pesticide et 1,4% dépassaient les LMR. Concernant les pommes, 66% des échantillons analysés (soit 2 pommes sur 3) contenaient au moins un résidu de pesticide et 1,5% des échantillons dépassaient les LMR.

L’équipe de production du reportage a contacté Kudzu Science pour analyser les cheveux de 2 personnes interrogées dans le reportage. L’un est riverain d’un champ de pommier et le second travaille dans la culture des pommes. Kudzu Science a fourni des kits d’analyse Bilan Pesticides Pomiculture et a envoyé les résultats aux journalistes ainsi que des informations concernant l’interprétation des analyses de cheveux. Les deux échantillons analysés contenaient des résidus de pesticides : herbicides, fongicides et insecticide, spécifiquement utilisés dans la culture des pommes.

Suite à ces analyses, les résultats ont été présentés à Jean-Claude ALVAREZ, le président de la Société Française de Toxicologie Analytique (SFTA), qui a confirmé que les deux personnes avaient bien été en contact avec les pesticides retrouvés dans leur cheveux et soulignait les risques sanitaires : cancer, troubles neurologiques et perturbations du système endocrinien. Vivre en contact avec ces substances n’est pas sans risque pour la santé !

Riverains de vignes, de cultures de pommes ou de céréales, ou employés en viticulture, céréaliculture ou pomiculture, faites le bilan de votre exposition aux pesticides employés dans ces cultures !

(1) http://www.senat.fr/rap/l02-215-2/l02-215-239.html

(2) agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/pratiquesarboriculture2015T1bsva.pdf