Isolation à 1€: Une économie pour la santé ?

En France depuis plusieurs décennies, l’application des politiques énergétiques dans les bâtiments se traduit par l’amélioration de l’isolation des logements. Incités par une fiscalité intéressante, des promesses de performance d’énergie et donc d’économies pour les ménages sur les factures de chauffage, beaucoup de propriétaires et de locataires se sont laissé séduire et ont fait isoler leur maison. Quel est l’impact de cette isolation sur la qualité de l’air intérieur et ses conséquences sur la santé des occupants?

Dans un contexte budgétaire très contraint, rechercher à faire des économies est une priorité pour les ménages et dépenser moins pour se chauffer est très alléchant. En effet, en fonction des régions les dépenses de chauffage peuvent représenter une part importante des budgets, notamment .avec l’utilisation de chaudière au fioul. Isoler sa maison est donc une solution intéressante surtout quand il est possible de le faire pour 1€ grâce aux aides de l’état.

Cette opération concerne l’isolation des logements en sous-sol et des combles en toiture. Les locataires et les propriétaires peuvent en profiter, cependant les aides de l’état pour les travaux d’isolation sont conditionnées par les revenus du foyer. Concrètement, la solution proposée consiste à placer un matériau isolant sur le plafond au niveau du sous-sol et sur le sol au niveau des combles.

L’isolation permet de limiter les échanges thermiques avec l’extérieur et donc de maintenir une température adéquate (18-21°C) dans les bâtiment en consommant moins d’énergie pour l’apport de chaleur avec le système de chauffage (poêle à bois, chaudière fioul, cheminée, chauffage électrique, pompe à chaleur …).

Quel est l’impact de l’isolation sur la qualité de l’air intérieur?

L’isolation d’un bâtiment induit nécessairement une augmentation du confinement et donc un renouvellement d’air plus réduit. Le renouvellement  de l’air intérieur est le principal axe d’amélioration de la qualité de l’air intérieur. L’air extérieur étant moins pollué que l’air intérieur, la diminution du renouvellement de l’air a pour conséquence un défaut d’apport d’air neuf (moins pollué) et une dégradation de la qualité de l’air intérieur. En effet, les polluants émis par les matériaux de construction, décoration et rénovation, le mobilier, les activités de nettoyage (produits ménagers) ont tendance à s’accumuler et à se concentrer dans l’air intérieur.  Sans un renouvellement de l’air intérieur adapté, les concentrations de ces substances, comme le formaldéhyde, peuvent rapidement dépasser les valeurs sanitaires de référence.

L’augmentation du confinement lié à l’isolation de son appartement ou de sa maison induit également une augmentation de l’humidité. Ce phénomène est propice au développement des moisissures et induit une augmentation des risques sanitaires liés à l’exposition aux COV fongiques (odeur de moisi), aux allergènes de moisissures et aux mycotoxines produites par les moisissures.

Dans le cas de locaux professionnels, l’isolation du bâtiment peut également se traduire, en particulier dans les salles de réunion et les bureaux collectifs, par une augmentation du taux de dioxyde de carbone (CO2). A partir de 1000 ppm de CO2 dans l’air ambiant, les performances des occupants (capacités de concentration, de réflexion et d’attention) sont diminués et peut impacter significativement la productivité des occupants.

En conclusion, isoler son logement sans penser l’aération et au renouvellement d’air produit une dégradation significative de la qualité de l’air et de l’environnement intérieur.

Comment limiter la dégradation de la qualité de l’air intérieur lié à l’isolation thermique de son logement?

Pour limiter les conséquences sur la santé, il est nécessaire d’améliorer le renouvellement de l’air intérieur. Plusieurs solutions peuvent être envisagées pour limiter l’accumulation de la pollution de l’air ambiant.

La recommandation de base est d’aérer en ouvrant les fenêtres et en créant un courant d’air. Quelques minutes suffisent pour renouveler l’air intérieur et diminuer la concentration des polluants. Une durée de 8 à 10 minutes permet un renouvellement satisfaisant de l’air intérieur.

Il est également possible de gérer le renouvellement de l’air intérieur en utilisant une ventilation (VMC simple ou double flux), Pour des raisons pratique, il est recommandé de prévoir l’installation de la ventilation en même temps que l’opération d’isolation du logement. Cette ventilation doit permettre un renouvellement efficace de l’air afin de limiter la présence de substance toxiques dans l’air intérieur comme les composés organiques volatils (COV).

Une analyse des COV dans l’air intérieur avec un kit d’analyse de Kudzu Science vous permettra de vérifier que l’installation des matériaux d’isolation n’a pas eu pour conséquence une dégradation trop importante de la qualité de l’air que vous respirez dans votre logement. L’analyse en laboratoire est aujourd’hui la seule solution pour identifier les polluants de l’air intérieur et mesurer leur concentration avec précision. Les résultats obtenus vous permettront de mettre en place les actions nécessaire pour limiter les effets sanitaires de la pollution de l’air intérieur, en particulier pour les enfants qui y sont beaucoup plus sensibles que les adultes.