Chlordécone : Un insecticide responsable d’un scandale sanitaire dans les Antilles

Le chlordécone est un insecticide de la famille des organochlorés qui a largement été utilisé entre 1972 et 1993 dans les Antilles françaises en Martinique et en Guadeloupe. Commercialisé sous plusieurs noms, il s’est avéré efficace contre le charançon du bananier, un coléoptère ravageur pour les plantations de bananes. Il présente aujourd’hui un risque sanitaire pour les populations des Antilles.

« Toxique, écotoxique et persistant, le chlordécone constitue une menace avérée pour l’Homme et l’environnement. »

Les charançons ravageaient les cultures de banane, un commerce vital pour les Antilles. En effet, les larves de ces insectes se nourrissent des racines de bananier provoquant la mort de la plante. Face à ce problème, un insecticide est autorisé sur le marché en 1972 pour remplacer le lindane qui était utilisé jusque-là : le chlordécone. La prolifération des charançons à la fin des années 70 a encouragé les cultivateurs à utiliser des quantités importantes de chlordécone. Il a par ailleurs été utilisé en agriculture, le tabac et les agrumes… ou pour des usages domestiques comme des pièges à fourmis et cafards.

Comment le chlordécone a-t-il contaminé les îles ?

Ce produit se présente sous forme de poudre qu’il faut déposer au pied des arbres. Il est alors absorbé dans le sol, ce qui permet d’atteindre et d’éliminer efficacement les larves de charançons présentes.

Le chlordécone est entrainé par ruissellement, infiltrations et drainage jusqu’aux nappes d’eau souterraines. Il est peu soluble dans l’eau et sa vitesse de déplacement dans les sols dépend de nombreux facteurs. C’est pourquoi même 30 ans après son interdiction, il continue de se répandre lentement dans les ressources en eau douce des deux îles.

C’est à la suite de contrôles de qualité des eaux souterraines que l’alerte a été lancée et que le scandale a débuté. Des concentrations importantes de chlordécone ont été mesurées dans les eaux douces de la Martinique et de la Guadeloupe.

Malgré une interdiction d’utilisation sur tout le territoire Français dès 1990, il faudra attendre 1993 pour l’arrêt de son utilisation dans les cultures de bananes aux Antilles. Malheureusement, des centaines de tonnes de cet insecticide persistant avaient déjà été appliquées.

Combien de temps le chlordécone sera présent dans l’environnement ?

Avec une demi-vie (temps nécessaire pour que la moitié de la quantité totale se dégrade de façon naturelle) estimée entre 250 et 650 ans dans les sols, la pollution de ces territoires persistera pendant plusieurs centaines d’années et contaminera de façon durable les terres agricoles, les littoraux et les cours d’eau.

Les productions locales de fruits, de légumes, ou même de viande et de poisson sont aujourd’hui potentiellement contaminées par le chlordécone en fonction de leur origine. Les autorités ont cartographié les îles pour identifier les terres les plus contaminées en ciblant en priorité les zones d’épandage. Cette connaissance permet de modéliser le parcours de la pollution en fonction des cours d’eau et le devenir de la contamination. La carte est disponible sur le site du ministère de l’agriculture.

Quels sont les effets sur la santé du chlordécone ?

L’exposition au chlordécone n’est pas sans effet sur la santé des habitants des Antilles. Cet insecticide est classé depuis 1987 comme agent chimique cancérigène possible (Groupe 2B) par l’OMS et suspecté d’être un perturbateur endocrinien.

Des liens forts entre le cancer de la prostate et l’exposition au chlordécone ont pu être établis par les équipes des professeurs Luc Multigner et Pascal Blanchet dès 2010. Un rapport d’expertise de l’INSERM y a été consacré.

Aujourd’hui, la Martinique et la Gouadeloupe sont les territoires dans lesquels le nombre de cas de cancer de la prostate est le plus élevé au National et International.

Pourquoi évaluer son exposition au chlordécone ?

La mesure de l’exposition humaine au chlordécone est un élément important des stratégies de prévention des risques de cancer de la prostate et de surveillance de l’imprégnation des populations des Antilles.

Pour répondre à ce besoin, Kudzu Science a développé une analyse de cheveux permettant d’évaluer l’exposition au chlordécone.

Le kit d’analyse du chlordécone dans les cheveux  est désormais disponible dans la boutique de Kudzu Science.