Allergies aux acariens

Y a-t-il des acariens chez vous ? La réponse est oui. Ils sont présents partout et peuvent causer de sérieux problèmes de santé. Dans les logements, leur nombre explose de la fin de l’été jusqu’en hiver. Vous allez découvrir en détail quels sont les symptômes dus à la présence d’acariens, où les trouver, mais aussi des solutions pour s’en débarrasser. 

Avant-propos : Notez qu’il existe de nombreuses espèces d’acariens, mais dans cet article l’accent sera mis sur « l’acarien de maison ».

Symptômes et signes de présence d’acariens

Les acariens se trouvent dans 100% des logements. Avec leur taille microscopique, les acariens sont invisibles à l’œil nu. Ils peuvent être à l’origine d’allergies, dont celle que l’on appelait autrefois « l’allergie à la poussière ». Les agents allergènes proviennent de la bête morte ou vivante, et notamment de ses déjections.

Ces allergies se manifestent principalement par des troubles respiratoires comme de l’asthme, une toux sèche, une rhinite (nez qui coule – surtout le matin), mais aussi les yeux qui piquent et qui pleurent (type conjonctivite), de la fatigue, de l’apathie et des maux de tête. Il est fréquent de confondre ces symptômes avec ceux d’un état grippal. Pour les personnes sensibles, plus le nombre d’acariens est élevé, plus la réaction allergique est intense.

L’eczéma peut être provoqué ou aggravé par les acariens. L’apparition de petits boutons sur la peau peut parfois laisser penser à une morsure d’acarien, mais ceux principalement présents dans les logements ne mordent pas. Certaines de ces espèces sont présentes naturellement sur le corps humain, sur les animaux comme les chiens, les chats … Et ce, jusqu’à parfois quelques millions d’individus.

Symptômes semblables à la grippe

Les symptômes d’allergie aux acariens sont semblables à ceux d’un état grippal.

 

Où les trouve-t-on ?

Les acariens ont besoin d’endroits chauds (20 à 25°C) et humides (65 à 75%), ainsi que de nourriture (débris organiques appelés « squames » comme des peaux mortes, des poils, des ongles…) pour se développer. On les retrouve davantage à partir de l’automne, lorsque nous avons tendance à moins aérer les pièces et mettre le chauffage en marche. Il est fréquent de les retrouver dans les oreillers, les draps, les matelas, les tapis, les fauteuils, les canapés… etc ; là où toutes les conditions sont réunies pour leur prolifération. Les moisissures sont également propices au développement d’acariens.

Ces petites bêtes peuvent se multiplier à une vitesse exponentielle si rien n’est fait pour les stopper. Lorsqu’ils sont présents en grande quantité, on pourra les retrouver accumulés dans la poussière, jusqu’à 10 000 individus par gramme. Enfin, les logements dans lesquels circulent des animaux domestiques sont plus enclins à la présence d’acariens.

Malgré un nettoyage régulier et rigoureux du logement, il est impossible de se débarrasser de la totalité des acariens. Leur présence ne traduit en aucun cas un mauvais entretien. Il existe plusieurs moyens d’actions pour limiter leur nombre et freiner leur prolifération, comme présenté plus loin dans cet article.

Chambre

Les acariens sont particulièrement présents dans les literies.

 

Qu’est-ce qu’un acarien ?

Les acariens sont de la famille des arachnides. Il existe plus de 50 000 espèces répertoriées pour l’instant. Elles sont regroupées en sous-familles. La dénomination « acarien de maison » englobe principalement les espèces suivantes :

  • Dermatophagoides pteronyssinus, Dermatophagoides farinae et Euroglyphus maynei dans la literie.
  • Demodex folliculorum et Demodex brevis chez l’Homme.
  • Glyphagus domesticus, Blomia tropicalis, Acarus siro et Tyrophagus putrescentiae présents dans les zones humides ailleurs dans la maison.

De ces espèces d’acariens, la famille la plus répandue dans les logements se nomme Demodex, et les individus de cette famille ne font que quelques dizaines de micromètres de long (plus petit qu’une tête d’épingle !). Bien qu’ils soient majoritaires, ce ne sont pas ces acariens qui sont responsables de nos allergies. On les retrouve chez l’Homme et chez les animaux. Leur rôle est difficile à définir entre parasite ou symbiote (ils contribuent à nettoyer les peaux mortes mais peuvent être à l’origine de problèmes également).

Voici les allergènes associés aux différentes espèces communes dans les logements :

  • Der p 1 / Der p 2 pour le Dermatophagoides pteronyssinus
  • Der f 1 / Der f 2 pour le Dermatophagoides farinae

Parmi ces allergènes retrouvés dans un logement, 90% appartiennent au groupe 1 (Der p 1 / Der f 1). Ils proviennent des particules fécales et des sécrétions de l’animal, et se détruisent à 60°C.

Pour les allergènes du groupe 2 (Der p 2 / Der f 2), bien que minimes ils ne sont pas négligeables. Ils sont issus des débris d’acariens morts et sont thermorésistants : ils ne se détruisent qu’au-delà de 100°C.

Les acariens possèdent un corps compact avec plusieurs pattes et une tête. Concernant leur système de reproduction, ils sont ovipares et capables de pondre jusqu’à 300 œufs par mois, avec une durée de vie de 2 à 3 mois (ce qui fait environ 900 œufs pondus durant la vie d’un acarien). Leurs œufs éclosent et donnent naissance à des larves, qui deviennent des nymphes et enfin des acariens adultes.

Acarien en vue microscopique

Exemple d’acarien – Photo de l’Agricultural Research Service (USA)

 

Comment se débarrasser des acariens ?

Une des solutions les plus souvent présentées est l’utilisation d’un produit acaricide (une bombe anti-acariens par exemple) qui permet de détruire les œufs et les larves d’acariens. Ces produits se présentent sous forme de mousse, d’aérosol, de poudre ou de liquide.

De la même façon, il existe des coussins et des matelas traités contre les acariens. Ces objets sont traités avec un insecticide nocif auquel les personnes sujettes aux allergies pourront être sensibles.

Nous ne recommandons pas l’utilisation d’acaricide ou d’objets traités contre les acariens à l’aide d’insecticides, car cela peut s’avérer néfaste pour votre santé.

Voici ce que nous vous recommandons :

Ménage :

  • Aérez votre logement au minimum 30 minutes par jour.
  • Nettoyez régulièrement le logement. Il est recommandé d’enlever la poussière au moins une fois par semaine.
  • Pensez à secouer vos tapis à l’extérieur.
  • Évitez l’utilisation de plumeau qui pourrait disperser les acariens dans l’air.
  • Privilégiez un simple chiffon humide aux produits chimiques dépoussiérants (qui diffusent aussi des molécules néfastes pour votre santé).
  • Si vous utilisez un aspirateur pour enlever la poussière, munissez-le d’un filtre pour éviter les rejets d’acariens dans l’air (filtre HEPA).

Linge :

  • Lavez votre linge de maison chaque semaine à 60°C, ainsi que les peluches de manière plus occasionnelle.
  • Si possible, faites sécher votre linge en extérieur. Sinon, aérez pendant le séchage du linge pour réguler l’humidité.
  • Rangez vos vêtements dans des placards fermés à l’abri de la chaleur et de l’humidité.

Environnement :

  • En hiver, maintenez une température qui ne dépasse pas les 19°C et une humidité maximum à 60% : évitez les humidificateurs d’air, la présence de trop de plantes, et de saturer vos radiateurs.
  • Pensez à vérifier la ventilation : une bonne circulation de l’air est indispensable.
  • Éliminez un maximum de moisissures.
  • Évitez la présence des animaux domestiques dans votre chambre.
  • Laissez votre lit ouvert pendant que vous aérez la pièce, de sorte à réguler sa température et son humidité.

Meubles et matériaux :

  • Privilégiez un sommier en métal ou en bois, et une literie synthétique. Évitez au maximum la présence de tissus et de textiles sur ou autour du lit.
  • Évitez les rembourrages de coussins et de couettes en plumes où les acariens s’installent facilement, et considérez l’utilisation de housses imperméables aux acariens.
  • Évitez tant que possible la présence de moquette, tentures ou rideaux dans votre logement, qui sont tous de potentiels nids d’acariens. Privilégiez des matériaux lavables comme du carrelage, du parquet…

Pour savoir si vous présentez une allergie aux acariens, vous pouvez prendre rendez-vous chez un allergologue qui vous proposera un diagnostic adapté. Il existe aujourd’hui des traitements pour lutter contre les différents symptômes liés à l’allergie aux acariens. Il est aussi possible de se faire désensibiliser, même si les résultats sont partiellement efficaces.

Nous rappelons qu’il est impossible d’éliminer la totalité des acariens. Mais en appliquant ces gestes simples, vous en limiterez le nombre, et votre lieu de vie sera plus sain. Les risques de réaction allergique seront minimisés.

Ménage régulier

Un nettoyage régulier des logements permet d’éviter l’accumulation des acariens.

 

Tester la présence d’acariens

Les acariens s’accumulent dans la poussière au fil du temps. Si vous souhaitez tester la présence d’acariens dans votre logement, Kudzu Science propose dans sa gamme de produits une analyse de poussière pour identifier la présence des espèces Dermatophagoides.

Vous disposerez d’un filtre qu’il suffit de placer à l’extrémité du tube d’aspiration de votre aspirateur. La poussière sera ainsi retenue dans le filtre.

Notre kit Rapid’Acariens est basé sur la recherche des allergènes de type 2 (Der f 2 / Der p 2 – débris d’acariens morts). Vous pourrez obtenir votre résultat directement à l’aide du dispositif de lecture fourni dans le kit.

Kit rapid'Acarien

Kit rapid’Acarien

 

Notre Kit allergène duo permet de mesurer la présence des allergènes du groupe 1 (Der f 1 / Der p f 1 – il est fréquent de retrouver les deux espèces, leur proportion respective dépend de nombreux facteurs). Le prélèvement de poussière se fait sur le même principe, à l’aide d’un filtre positionné sur un aspirateur, mais l’échantillon nous est retourné pour une analyse en laboratoire.

Kit allergènes duo

Kit Allergènes Duo