Quels sont les impacts sur votre santé du manque d’aération durant l’hiver ?

La saison hivernale 2020 est bien entamée et les températures baissent. Les chauffages, les couvertures et les boissons chaudes sont les meilleurs alliés pour se maintenir au chaud dans les logements, à l’opposé d’ouvrir une fenêtre. Et pourtant, bien aérer les logements est indispensable tout au long de l’année pour rester en bonne santé !

Impact sur la qualité de l’air intérieur

L’air intérieur d’un logement doit être régulièrement renouvelé, si possible plusieurs fois au cours de la journée. En particulier durant les périodes de confinement que le pays connait depuis le début de l’année, qui implique notre présence accrue en environnement intérieur.

En étant confiné dans un environnement clos pendant plusieurs heures, le taux de CO2 (dioxyde de carbone) dans l’air, produit par la respiration, augmentera. Une trop forte quantité de CO2 dans l’air respiré peut induire de la fatigue, de l’irritabilité ou encore des maux de tête. Ces symptômes peuvent être particulièrement néfastes pour effectuer du télétravail dans de bonnes conditions.

Il existe également des composés qui sont émis par des jouets, des tapis, des solvants ou encore des produits ménagers. Ces composés sont appelés des composés organiques volatils (COV). Ils sont considérés comme les plus courants dans un logement. Certains d’entre eux sont avérés cancérigènes.

Parmi tous les COV, nous pouvons citer en particulier la famille des aldéhydes. Le plus connu est le formaldéhyde, classé comme « cancérigène certain » par l’OMS. Les principales sources d’émission de formaldéhyde sont les matières en bois aggloméré, tout ce qui implique une combustion (bougie, encens, poêle en bois…), les mousses synthétiques, les peintures et les colles. Et il en existe bien d’autres encore.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur notre article dédié au formaldéhyde.

Sans renouvellement de l’air intérieur, la concentration de tous ces composés augmente au fil du temps, et leur présence peut avoir un impact sur votre santé. Aérer le logement permet de diminuer la concentration de tous ces composés dans l’air intérieur.

Impact sur le développement de moisissures

Les moisissures peuvent se développer sur n’importe quelle surface. Elles apparaissent le plus souvent sous forme de taches noires sur les murs. Une fois en place, il est presque impossible de s’en débarrasser sans l’intervention de professionnels.

Les moisissures apparaissent souvent sur les murs sous forme de taches noires

La présence de moisissures dans un logement peut entrainer des complications de santé comme de la toux, de l’asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou encore des infections pulmonaires. Il ne faut pas sous-estimer la dangerosité de moisissures présentes dans un logement.

Elles se développent à partir de spores, qui grâce à leur faible masse, se déplacent facilement. Les spores peuvent provenir aussi bien de l’air (par le vent) que par le biais de personnes ou d’animaux (apport de l’extérieur).

Il existe plusieurs facteurs qui favorisent le développement de moisissures :

  • L’humidité : les moisissures se développent dans des zones humides (salle de bain, sous-sol, cuisine…). L’humidité est favorisée par une mauvaise isolation (condensation).
  • La chaleur : les moisissures se développent plus facilement dans des endroits chauds.
  • L’aération : elle permet de réguler les deux facteurs ci-dessus. Un moyen d’aération, en particulier dans les zones humides, est indispensable (VMC, fenêtres…).

L’aération du logement permet de rétablir un équilibre de température et d’humidité entre l’intérieur et l’extérieur de votre logement. En général, l’intérieur de votre logement étant plus chaud et plus humide que l’extérieur, l’humidité et la température baisseront lors de l’aération, ce qui permettra de limiter l’apparition de moisissures.

Impact sur la présence d’acariens

Les acariens sont présents dans tous les logements, mais lorsqu’ils le sont en trop grande quantité, ils peuvent entrainer des troubles respiratoires (asthme), de la toux, une rhinite, les yeux qui piquent ou encore de la fatigue et des maux de tête. Il est également possible d’avoir une apparition ou une aggravation de problèmes cutanés comme de l’eczéma.

Les acariens aiment particulièrement se nicher dans les endroits chauds et humides. Ainsi, on les retrouve dans les oreillers, les draps, les matelas, les tapis, les fauteuils, les canapés….

acarien
Les acariens sont microscopiques et se développent dans les endroits chauds et humides

De taille microscopique, ils ne sont pas visibles à l’œil nu. Ils se développent dans les logements particulièrement à partir de l’automne, du fait de l’augmentation des températures et du manque d’aération, ce qui favorise l’augmentation de l’humidité comme discuté dans la partie précédente.

Pour prévenir le développement d’acariens, une bonne aération des espaces de vie est indispensable, en particulier les chambres. Pensez à laisser votre lit ouvert lorsque vous aérez : durant la nuit, la température et l’humidité augmentent particulièrement sous la couette. C’est donc cette zone qu’il faudra impérativement exposer à l’air frais.

Vous pourrez retrouver tous nos autres conseils pour se débarrasser des acariens dans notre article complet sur ce sujet.

En résumé

L’aération de votre logement permet la régulation de l’humidité, de la chaleur et de la concentration des composés présents. Une bonne régulation est indispensable pour éviter les trop fortes concentrations de substances nocives, mais aussi pour défavoriser le développement de moisissures ou d’acariens. Pensez à aérer votre logement, 10 à 15 minutes, au moins une fois par jour, et deux à trois fois par jour dans l’idéal.

Vous pouvez tester la présence d’acariens avec notre kit Rapid’Acarien à lecture directe :